Retraite : serez-vous pénalisé par vos périodes de chômage partiel ou d’arrêt maladie pour garde d’enfant ?

Face à la crise sanitaire, les mesures se multiplient.

Le chômage partiel

Les périodes de chômage partiel ne sont pas prises en compte pour la retraite, l’indemnité versée ne rentrant pas dans le calcul des trimestres. L’impact dépendant de la durée de chômage partiel, il devrait cependant être minime.

En effet, pour valider un trimestre de retraite vous devez percevoir un revenu au moins égal au montant du Smic horaire multiplié par 150 heures, ce qui représente 1 522,50 euros en 2020. Donc, si vous êtes au chômage partiel pendant un mois, pour perdre un trimestre, il faudrait que vous touchiez moins de 6 090 euros sur l’année.

L’arrêt maladie pour garde d’enfant

C’est un nouveau dispositif lié au Covid-19. Tout comme pour un arrêt maladie "classique", les indemnités journalières perçues durant cette période ne sont, elles, pas valorisées dans le salaire annuel moyen (sur la base des 25 meilleurs salaires) mais peuvent permettre de valider des trimestres.

Les trimestres cotisés sont issus des cotisations (salaires ou revenus d’activités) et les trimestres validés ou assimilés correspondent à des événements de vie (maladie, invalidité, maternité, chômage indemnisé, congé parental…). Pour partir en retraite à l’âge légal (62 ans), en retraite progressive ou après 62 ans, seuls les trimestres validés sont pris en compte.

Les périodes de maladie ou de chômage se valident en fonction du nombre de jours de situation indemnisée. Par exemple, 50 jours de chômage ou 60 jours de maladie permettent de valider un trimestre.

À noter

Dans tous les cas, les périodes concernées sont prises en compte dans le décompte de trimestres sur l’année 2020 et leur impact financier devrait être très réduit, car cela ne représentera qu’une période de quelques semaines.

La Carsat reste joignable grâce à votre compte personnel en ligne

Partager :
  • facebook
  • twitter
  • linkedin
  • email