Risques dans le secteur des services à la personne

Avec près de 3 millions de salariés, le secteur de l’aide et du soin à la personne connaît une croissance forte de ses effectifs, notamment dans les emplois à domicile. Les facteurs de risque y sont donc importants et la sinistralité préoccupante.

Malgré la volonté de structurer et de professionnaliser ce secteur, les services à la personne à domicile présentent des caractéristiques particulières d’emplois : niveaux faibles de qualification professionnelle, rémunérations modestes, temps partiel et fractionné, perspectives d’évolution professionnelle limitées…

Particularité du métier : le lieu de travail

La particularité du métier d’aide et de soins à domicile est le lieu de travail : le domicile des particuliers ainsi que les personnes bénéficiaires elles-mêmes, avec des postes de travail parfois éloignés les uns des autres.

Chaque domicile est une nouvelle situation de travail à appréhender, qu’il s’agisse de l’environnement et des relations à tisser avec le bénéficiaire.

Le côté humain est important et l’aidant n’est pas toujours préparé à y faire face (pathologie lourde, dépendance, handicap, accompagnement en fin de vie…).

Un métier à risques

Physiques, chimiques, biologiques, routiers, psychosociaux… Les risques professionnels auxquels sont exposés les salariés du secteur de l’aide à domicile sont nombreux.

Les accidents de travail avec arrêt ont pour principale origine :

  • les manutentions manuelles liées essentiellement à la manipulation des bénéficiaires ;
  • les chutes de plain pied ;
  • les chutes de hauteur.

L’objectif aujourd’hui est de valoriser ces métiers comme des vrais métiers et non pas comme des "petits boulots".

L’un des moyens pour y parvenir est d’améliorer la santé, la sécurité et les conditions de travail des aides à domicile : la prévention des risques professionnels peut contribuer à l'attrait du métier et à la qualité des services rendus aux bénéficiaires.

Partager :
  • email
  • facebook
  • twitter
  • linkedin